Roland Siegloff

Roland Siegloff est né en 1963 à Emden au Nord-ouest de l'Allemagne. Journaliste et écrivain, il est également francophone et vit entre Berlin et Bruxelles. Il travaille depuis plusieurs années sur la question des frontières, de l'exil, du droit d'asile et des réfugiés en Europe. Ses œuvres arpentent le plus souvent l'Europe pour en montrer la richesse et la diversité. Son texte, Voyage aux confins des dernières frontières, questionnait le repli sur soi européen en tant de crise et s'opposait à l'idée d'Europe forteresse qui ne verrait pas les bénéfices économiques et politiques que peut lui procurer son ouverture sur le monde à termes. Le Ver à soie publie, en 2020, dans la collection Les Germanophonies, son premier roman dans lequel il donne une forme littéraire à ces questionnements. Intitulé Nächster Halt: Südkreuz (Böhland & Schremmer Verlag, 2016) en allemand, il paraît sous le titre Les Voyageurs de nuit en français.

Tristan Soler

Tristan Soler, né en 1967, partage son temps entre Paris et la Bourgogne. C’est un plasticien français qui intervient par la peinture, le dessin, la photographie, la sculpture ou l’écriture. Il a collaboré avec le théâtre en tant qu’acteur depuis une quinzaine d’années, a illustré plus une vingtaine de livres et de revues, et réalisé des articles critiques sur l’art contemporain. Il expose son travail en France et en Europe, visible sur le site tristansolerpaintings.com. Il enseigne les arts plastiques aux enfants et aux adolescents. Il a voyagé dans plus d’une cinquantaine de pays à la rencontre des hommes et de la nature. Il a publié deux textes en prose, Le voyage d’Icare Valverde en 2008 et, Cœur Atome en 2009, chez L'Une & l'Autre Éditions. Il publie en 2015 Fjall, aux confins du monde dans la collection 50 000 signes du Ver à soie.

Marek Vadas

Marek Vadas est né à Košice en Slovaquie. Vivant à Bratislava, il est fasciné par l’Afrique noire, et plus précisément par le Cameroun, présent dans ses livres depuis plus de vingt ans. Au fil de nombreux voyages, il y est devenu membre du Conseil des Sages du petit royaume de Nyengié. Depuis, il s’efforce d’aider matériellement ses habitants, s’inspire de leur quotidien pour parfaire son écriture et mêler dans ses textes des récits folkloriques traditionnels d’Afrique noire à des récits existentiels plus sombres tirés de traditions culturelles européennes. Son livre Le Guérisseur (Liečiteľ), d'abord publié en 2006 par les éditions KK Bagala, a reçu le plus prestigieux des prix littéraires slovaques - Anasoft litera -, en 2007. Depuis, il a publié deux autres recueils de récits sur la magie du monde noir et deux livres pour enfants. Le Guérisseur en est quant à lui à sa sixième réédition en Slovaquie. Aujourd'hui, Le Guérisseur paraît dans la collection 200 000 signes du Ver à soie.

Jean-Michel Vignolle

Ancien instituteur, Jean-Michel Vignolle fait partie de ces Landais fermement enracinés dans la glaise de Chalosse où toute sa famille a travaillé durement et vécu. Il tombe sous le charme de Bouricos, quartier historique de Pontenx-les-Forges (Landes), où se trouve une chapelle du XIIe siècle, un airial et un ruisseau qui serpente tel une petite Amazone landaise à l’ombre des arbres. En 1999, avec l’apparition des langues étrangères à l’école primaire, il suit des cours à l’université de Pau pour obtenir un DEUG d’Espagnol. Il découvre ainsi le plaisir de lire « dans le texte » des nouvelles picaresques, les romans d’Arturo Pérez-Reverte mettant en scène le siècle d’or espagnol avec la série des Capitaine Alatriste, les policiers de Vásquez Montalbán et la littérature de Vicente Blasco Ibañez. Après avoir publié en 2018 un recueil intitulé Les Nouvelles de Bouricos, dans lesquelles l’imaginaire primait déjà, il s’en inspire pour écrire son premier roman, Et il quitta la nuit sans lune ni étoiles, publié en 2019 dans la collection 200 000 signes du Ver à soie.

Vala L. Volkina

Vala L. VolkinaVala L. Volkina est née en France en 1968. Après de très longues études en sciences humaines et sociales portant principalement, mais pas seulement, sur le pays de ses grands-parents, la Biélorussie, elle devient chômeuse indépendante tout en cumulant les publications scientifiques. En 2003, elle est enfin remarquée par le rédacteur en chef de la revue artistique russophone minskoise, Monologue, qui publie notamment des extraits de ses premières Lettres d'hiver. Les Esprits moldaves voyagent-ils toujours en bus vers l'Ukraine ? est sa première nouvelle publiée en français. Elle est illustrée par Elza Lacotte dans la collection Sam e-zdat du Ver à soie en 2013.

Copyright © 2014 Le ver à soie - Licence GNU/GPL
Joomla !