Nouveauté : Les Voyageurs de nuit de Roland Siegloff

Les voyageurs de nuit de Roland Siegloff
Traduit de l'allemand par Jacques Duvernet
Collection : Les Germanophonies
Format : 14 x 18 cm
ISBN : 979-10-92364-41-5
Prix : 15 euros
Disponible à partir du 20 mars 2020

Deux trains et trois voyageurs de nuit : un réfugié Afghan craint d’être découvert dans un train couchette roulant de Budapest à Berlin. Une éducatrice de musée qui se trouve dans le même wagon tente de l’aider. Un fonctionnaire du ministère fédéral de l'Intérieur, déchiré entre la politique européenne sur le droit d’asile et sa vie privée, revient de négociations à Paris dans son wagon-lit. Peurs, souvenirs et prises de position s’entrecroisent comme ces trains qui roulent la nuit à travers l’Europe :

« Nous sommes des fils et des filles, des pères et des mères. Père de la pensée, mère de la langue – pensées du père, langue sage de la mère : il faut que nos enfants vivent mieux que nous. On trouve – presque – partout quelque chose qui vaut mieux que la mort. À Brême, il y a des kebabs aux pommes de terre.

Nous voulons manger et boire. Nous avons faim de vie et soif de savoir. Nous ne sommes pas des mendiants. Nous sommes prêts à accepter n’importe quel travail.

Survivre. Vivre, habiter quelque part, manger, boire, rêver. Une petite maison dans la verdure avec deux chambres d’enfant, l’une peinte en rose, l’autre en bleu clair. … Nous voyageons, mais nous ne sommes pas des vacanciers.

Un jour nous nous sommes levés. Nous nous sommes mis en route. Nous sommes en marche depuis longtemps déjà. Qui sait ce qui nous attend. Nous sommes à l’étranger maintenant, nous sommes en fuite. »

Roland Siegloff est né en 1963 à Emden au Nord-ouest de l'Allemagne. Journaliste et écrivain, il est également francophone et vit entre Berlin et Bruxelles. Il travaille depuis plusieurs années sur la question des frontières, de l'exil, du droit d'asile et des réfugiés en Europe. Il a également pris position contre une Europe forteresse qui ne verrait pas les bénéfices que peut lui procurer son ouverture à termes. Ses œuvres arpentent le plus souvent l'Europe pour en montrer la richesse et la diversité. Son texte, Voyage aux confins des dernières frontières, questionnait le repli sur soi européen en tant de crise et s'opposait à l'idée d'Europe forteresse qui ne verrait pas les bénéfices économiques et politiques que peut lui procurer son ouverture sur le monde à termes. Le Ver à soie publie son premier roman, Nächster Halt: Südkreuz (2016), que nous avons choisi d'intituler Les Voyageurs de nuit en français, et dans lequel il donne une forme littéraire à ces questionnements.

Copyright © 2014 Le ver à soie - Licence GNU/GPL
Joomla !